Une Ombre Au Tableau – Georges Brassens

Si j’ai bonne mémoire, elle allait dégrafée ;
On comptait plus les yeux qu’elle avait pu crever.
Elle faisait du tort aux statues de l’antique ;
Elle était si prodigue à montrer ses appas
Que la visite au Louvre ne s’imposait pas.
Avec elle le nu devenait art plastique.
Mais les temps sont venus mettre une ombre au tableau,
Rendre à son piédestal la Vénus de Milo.
La belle dégrafée a changé d’esthétique,
Un vent de honte a balayé le pont des Arts,
Et les collets sont montés comme par hasard.
“Les jeunes filles d’aujourd’hui sont impudiques.”

De la mode, naguère, elle ignorait le cours,
Invariablement, elle s’habillait court.
Elle aimait accuser le jeu de ses chevilles ;
Quand le vent s’en mêlait, c’était fête pour nous
On avait un droit de regard sur ses genoux,
Et l’on en abusait, je vous le certifie.
Mais les temps sont venus mettre une ombre au tableau,
Les jupes tout à coup sont tombées de bien haut.
La belle retroussée est devenue Sophie ;
A peine maintenant si l’on voit ses talons,
Quelle que soit la mode, elle s’habille long.
“Elles en font vraiment trop voir, les jeunes filles.”

Et s’il avait fallu vêtir une poupée
Du soupçon de chiffon dont elle était nippée,
L’étoffe aurait paru tout juste suffisante ;
C’était rien, moins que rien, ça lui couvrait le corps
D’une seconde peau qui la rendait encore
Plus nue toute habillée et plus appétissante.
Mais les temps sont venus mettre une ombre au tableau,
Elle a de la tenue et flétrit le culot
De ces beautés du diable, ces adolescentes,
Qui, la robe collée sur leur peau de satin,
Ont l’air de revenir du faubourg Saint-Martin.
“Les jeunes filles d’aujourd’hui sont indécentes.”

Cela dit, sans vouloir lui laver le chignon,
La bagatelle était son gros péché mignon.
L’amour était toujours pendu à sa ceinture.
Légère, elle a connu les mille et une nuits
De noce et son ange gardien, pauvre de lui,
Dut passer auprès d’elle une vie de tortures.
Mais les temps sont venus mettre une ombre au tableau,
Sous le pont des soupirs, il a coulé de l’eau.
La belle enamourée a changé de posture,
Maintenant qu’Adonis a déserté sa cour,
Que l’amour la délaisse, elle laisse l’amour
Aux jeunes filles d’aujourd’hui, ces créatures !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: